La Russie interdit les Américains de 18 pays, en réponse à la liste US

Moscou répertorié 18 Américains qui sont interdits d’entrer la Russie dans un communiqué jeudi – une mesure tit-for-tat qui intervient un jour après que Washington a imposé des sanctions similaires. La liste, qui a été publié par le ministère russe des Affaires étrangères, inclut membres du personnel de l’administration Bush et deux anciens commandants de Guantanamo Bay.

Vendredi, le Trésor américain a annoncé des sanctions financières et des interdictions de visa le 18 responsables russes , dont la majorité ont été impliqués dans l’arrestation et la mort de la corruption avocat Sergueï Magnitski. Magnitski est décédé dans une prison russe en 2009, après avoir été arrêté par les mêmes officiers qu’il enquêtait sur une fraude 230 millions de dollars. Il aurait été battu et privé de soins médicaux alors que derrière les barreaux.

L’affaire a déclenché un tollé aux Etats-Unis et a conduit à l’adoption d’une loi controversée appelant Washington à imposer des sanctions contre les responsables présumés de la mort de la Russie dénonciateur.La loi Magnitsky, qui a été signé dans la loi l’année dernière, a conduit à des contre-mesures immédiates par Moscou, qui a imposé une interdiction sur l’adoption d’enfants russes US.

Les listes russes et américains excluent personnalités, mais seront néanmoins d’autres dommages toute chance d’un “reset” sur les relations que le président Barack Obama a déclaré être son objectif.

Parmi ceux du doigt par Washington pour sanction sont deux policiers, Pavel Karpov et Artyom Kuznetsov, et un ancien fonctionnaire des impôts, Olga Stepanova. Magnitski a été arrêté après reliant les trois à un stratagème de fraude fiscale. Sur les 18 personnes nommées par le Trésor américain, 16 sont reliés à l’affaire Magnitski. Les deux autres ont été inclus par rapport à la mort par balle d’un ancien garde du corps du président tchétchène, Ramzan Kadyrov, et l’assassiner d’un journaliste, Paul Klebnikov.

La liste publiée à Moscou comprend John Yoo, ancien responsable du département américain de la Justice qui a écrit des mémos juridiques autorisant des techniques d’interrogatoire dures, et David Addington, le chef de cabinet de l’ancien vice-président Dick Cheney. Deux anciens commandants de Guantanamo Bay, à la retraite le général Geoffrey Miller et l’amiral Jeffrey Harbeson, ont également été nommés. En outre, il y avait 14 Américains que la Russie prétend violé les droits des Russes à l’étranger. La liste comprend plusieurs procureurs fédéraux actuels ou anciens, dans le cas de Viktor Bout, un marchand d’armes russe qui a été condamné en 2012 à 25 ans de prison, pour avoir vendu des armes à un groupe terroriste étrangère américaine désignée.

Il ya aussi une liste privée des Américains interdits. La loi Magnitski prévoit également l’administration américaine à compiler une liste fermée de responsables russes soumis à des interdictions de visa.

Vice-ministre des Affaires étrangères de la Russie, Sergei Ryabkov, cité samedi comme disant que les listes des deux pays diffèrent dans les aspects fondamentaux. “Sur la liste de Russie, y compris la partie fermée, sont des personnes réellement responsables de la légalisation de la torture et la détention indéfinie des prisonniers à Guantanamo, des arrestations et des condamnations injustes pour nos concitoyens», aurait-il dit.

Le dernier échange entre Moscou et Washington intervient à la veille d’une visite en Russie par le conseiller de la Maison Blanche de la sécurité nationale, Tom Donilon, plus tard ce mois-ci.

Après l’annonce de la liste américain ce vendredi, un responsable du département d’Etat a souligné que l’administration était simplement “se conforme à ses obligations législatives”. «Notre approche de la Russie est de rechercher la coopération sur les questions d’intérêt commun, tout en parlant ouvertement de nos différences”, a déclaré le porte-parole adjoint par intérim Patrick Ventrell.

About Matteo G

"Matteo a été journaliste pendant 3 ans, basé à Paris et à Londres. Il a couvert beaucoup de manifestations, l'Intifada palestinienne et les élections françaises. Couvrant la politique, les élections et d'autres histoires."